Enrichir sa connaissance de l'artiste, Pablo Picasso, et de son œuvre. Des recherches pertinentes et inédites, des commentaires d’œuvres, des relations d'expositions, des publications de référence. Le Blog Atmosphérique

Blog Atmosphérique

Picasso, la jeune fille et la mer

Le 8 décembre 2016, catégorie : Les expositions.

« Les poissons rient-ils ? » Cette interrogation, posée par la jeune Florence Gottet, aurait très bien pu inspirer Picasso s’il en avait eu connaissance.poisson
On connaît l’attachement de Picasso pour la mer ; il aime passer les semaines estivales au bord de l’eau, de Dinard à la Provence, ce qui donnera notamment naissance au motif des baigneuses. Cependant, si les évocations sont plutôt discrètes par rapport à ses grands thèmes de prédilection, le monde de la mer est néanmoins présent grâce à des allusions subtiles ou en utilisant les matériaux mis à disposition par la nature, à travers la sculpture de petits galets qu’il ramasse sur la plage.
Outre sa légendaire marinière, on le voit, sur des photographies, s’emparer des éléments marins pour en faire des créations : dessiner une tête de faune éphémère sur la plage, que les vagues vont recouvrir et emporter ; s’approprier les arêtes d’un poisson, pour créer un relief sur un plat de céramique. C’est dans cette technique qu’il se plaira à exprimer cette envie de représenter la mer, grâce au travail de la matière, à la fois douce et humide sous les doigts, argileuse, en inventant de nouveaux personnages, dont des poissons. Cette expérience est l’occasion de renouer avec un héritage et une identité, une culture méditerranéenne, dans l’atelier des époux Ramié à Vallauris.
Le Spielzeug Welten Museum de Bâle met magnifiquement en avant les talents de Picasso céramiste en incluant six œuvres issues d’une collection privée dans cette exposition au doux nom évocateur : « La jeune fille et la mer. Les représentations mystérieuses de créatures marines vieilles de plusieurs millénaires – collection Florence Gottet » jusqu’au 2 avril 2017.
La collection appartenait à la jeune Florence Gottet, malheureusement disparue de façon prématurée. A la fois sportive et littéraire, elle noua un véritable attachement pour le monde de la mer et pour les poissons en particulier, grâce à la pratique de la nage dans la rivière Reuss, en Suisse, puis par ses voyages dans le sud de la France et en Italie. Cette passion fut animée par la famille de Florence qui lui offrit de magnifiques plats à poisson, dont l’origine remonte à l’Antiquité, principalement au IVe siècle avant J.-C. en Grèce et dans le sud de l’Italie. Moins connus que les amphores ou les cratères, ces céramiques font parties des rares exceptions où les motifs décoratifs reproduisent des animaux en thème principal, sans allusions aux dieux ou aux hommes ; les avis restent partagés quant à leur destination première.
Les céramiques présentées de Picasso affichent un rendu très différent, mais se complètent et s’inscrivent avec une aisance admirable parmi les créations d’un autre temps. Il est également possible de voir dans cette exposition un ensemble extraordinaire de poissons marins naturalisés tiré de la collection de Wolgang Mackowiak et des œuvres du peintre majorquin Serafi Sart Brunet.
Les créations de Picasso rejoignent celles d’artisans inconnus, ayant vécus il y a plusieurs siècles, pour le grand plaisir d’une petite fille qui aurait pu retrouver l’émotion et la fantaisie de la mer dans l’art de l’espagnol.

Spielzeug Welten Museum  Bâle  « La jeune fille et la mer. Les représentations mystérieuses de créatures marines vieilles de plusieurs millénaires – collection Florence Gottet » jusqu’au 2 avril 2017.

Plat « poisson » ,  1951  ( Plat long (moulé à la presse) en terre rouge cuite, gravée et peinte aux engobes, sous couverte ) Collection particulière

Le Peintre et son modèle ?

Le 30 septembre 2016, catégorie : Les expositions.

amiensDans une salle du musée de Picardie, à Amiens, était récemment exposée une belle huile sur toile de Picasso au nom évocateur : le peintre et son modèle. Datée du 10 avril 1967 et haute d’un mètre, cette œuvre appartenant au musée national Picasso de Paris est en dépôt comme une trace, un souvenir de la grandiose exposition itinérante « Picasso, une nouvelle dation » du début des années 1990.
Sur cette toile, deux personnages se font face, s’observent, s’apprivoisent. La douceur se dégageant du corps nu de la femme tranche avec l’aspect sombre de son compagnon, au corps caché dans l’ombre. L’apparition dans le fond de la peinture dorée et au premier plan de la peinture argentée, aux reflets nacrés, ainsi que le contraste du noir mat et du blanc brillant montrent encore une fois que l’artiste s’approprie et sait manier tous les média.
En observant la toile, les avis divergent : certains y voient volontiers l’artiste et sa muse, tandis que pour d’autres, l’abstraction des attributs du peintre laisse place à la simple représentation d’un couple au regard complice, sans superflu. Les spectateurs oublient parfois que Picasso n’est pas à l’origine des titres donnés à ses œuvres. En effet, il préfère souvent laisser ses marchands ou son entourage proche nommer les tableaux à sa place ; l’immense toile Guernica fait partie des rares exceptions où l’artiste a voulu donner un titre fort à son œuvre, pour l’exposition universelle de 1937.
Le peintre et son modèle est un thème omniprésent tout au long de l’œuvre de Picasso. Apparaissant dès les débuts, il s’estompe seulement lors de sa rencontre avec Dora Maar – parfois considérée comme sa « rivale », reconnue comme artiste à part entière avant leur liaison – et sera récurrent jusque dans les dernières esquisses. Lors de la création du tableau d’Amiens, l’espagnol travaille sur des thèmes similaires : outre celui du peintre et son modèle, sont également présents les mousquetaires, parfois accompagnés de femmes légèrement vêtues, ainsi que des bacchanales au travers du mangeur de pastèque et du flûtiste. Il passe, sans aucune distinction, d’un thème à un autre, parfois même sur une seule journée ; ainsi, l’œuvre déposée au musée de Picardie pourrait prendre beaucoup d’autres noms. Car dans ce laps de temps, il continue, inlassablement, à l’âge de 86 ans, de traiter et d’explorer le corps nu de la femme, ainsi que l’intensité des visages. Mais au-delà de ces considérations, le message de Picasso passe : il nous amène à nous questionner, pas tant sur le sujet mais sur le rendu final de l’œuvre, dans les formes, et par l’alliance de ces couleurs fortes et froides qui, une fois encore, ont un rendu incroyablement lumineux. Qu’importe si l’homme présent est peintre, mousquetaire ou simple amant ; son visage particulièrement singulier, à moitié plongé dans l’ombre, livre davantage d’indices intéressants sur son état d’esprit que la présence d’attributs, en complicité avec le sourire énigmatique de sa compagne, le tout dans une tranquillité qui ressort véritablement du tableau.

Cette œuvre est visible dans l’exposition « 1853-2018 : Chroniques du Musée de Picardie. Entre loteries et jeunesse retrouvée » jusqu’au 22 octobre prochain.

Un Picasso sur les terres natales de Matisse

Le 20 septembre 2016, catégorie : Les collections.

teriadeAu détour d’un voyage dans le Nord – région Hauts de France, il est possible d’apercevoir une belle huile sur papier de Picasso nommée Tête de femme couronnée de fleurs. Datée du 22 juillet 1969et signée dans la partie haute, elle représente le portrait d’une jeune femme blonde au regard énigmatique, en reprenant les signes caractéristiques des œuvres des dernières années de création de l’Espagnol. Si l’alliance du noir et du blanc domine, les traces de couleur dans le visage ou la couronne de fleurs – avec du jaune, rose, vert et bleu – apportent des touches de lumière particulièrement réussies. Ce buste est entouré par d’autres œuvres d’artistes à la renommée internationale : Marc Chagall, Georges Rouault, Fernand Léger, Joan Miró, ou encore Alberto Giacometti.
Une question vient alors à l’esprit, à savoir comment une œuvre de Picasso, faite au Mas Notre-Dame-de-vie à Mougins, a-t-elle pu trouver refuge dans une petite ville du Nord ? Deux noms sont essentiels pour comprendre l’intégralité de l’intrigue. Le premier est l’ancien propriétaire de l’œuvre, ami de Pablo, critique d’art et grand éditeur, créateur de la revue Verve : Efstratios Eleftheriades, dit Tériade. C’est avec lui que Picasso eût un beau projet, l’illustration du Chant des Morts de Pierre Reverdy, dont le graphisme à base de coups de pinceaux rouges fut d’une grande innovation.
La deuxième personne importante est un autre grand artiste, originaire de la ville du Cateau-Cambrésis : Henri Matisse. Il quittera ses terres natales pour un nouvel havre de paix qu’il trouve dans la douceur de la Provence, s’acclimatant avec succès à la vie sous le chant des cigales et à la lumière si particulière de la Méditerranée qui se retrouve dans ses œuvres. En 1952, il décide de créer un musée dans sa ville d’origine et de faire don d’un grand nombre d’œuvres, couvrant l’ensemble de sa carrière.
Une forte amitié lie Tériade et Matisse, qui se retrouvent souvent dans la Villa Natacha de l’éditeur à Saint-Jean-Cap-Ferrat et où le nordiste aime flâner dans le grand jardin paradisiaque à sa guise.
Alice Tériade honora la promesse faite à son mari de garder sa collection intacte, en un seul lieu. En 2002, puis en 2007, elle décida de faire don des livres d’art et de la belle collection d’œuvres ayant appartenu à l’éditeur au Musée Matisse, en l’honneur de la grande affection qui n’a jamais cessé d’unir les deux hommes. Dans ce musée, trois thématiques se dégagent de l’ensemble. Ainsi, les œuvres créées pour la Villa Natacha par ses amis-artistes, présentes dans la salle à manger reconstituée, précèdent la partie consacrée à Tériade l’éditeur et à ses livres. Enfin, c’est en tant que Tériade le collectionneur que l’huile sur papier offerte par Picasso apparaît, parmi d’autres chefs d’œuvres.
Voici comment, autour d’un réseau de fortes amitiés et grâce à la donation Tériade, un Picasso a rejoint les rangs de l’original Musée départemental Matisse du Cateau-Cambrésis, brisant ainsi la frontière Nord/Sud qui les oppose encore trop souvent.

Jacqueline et Pablo, une belle complicité

Le 12 août 2016, catégorie : Les expositions.

1971Le Centre Pompidou met à l’honneur la douce Jacqueline Roque, dernière muse de Pablo Picasso, au travers d’une série d’œuvres dans une salle qui lui est spécialement dédiée, au cinquième étage du musée. En effet, deux œuvres léguées par Louise et Michel Leiris au Centre Pompidou en 1984, ainsi que neuf huiles sur toile provenant d’une collection personnelle et huit photographies prises par Jacqueline elle-même sont exceptionnellement présentées au public.

Jacqueline, devenue la femme de Picasso depuis leur mariage secret en 1961, sert de prétexte à ses expérimentations, lorsqu’elle apparaît en modèle devant son peintre, en arlequin ou coiffée d’un chapeau de paille. Dans cette série de tableaux, le vocabulaire iconographique inspiré par Jacqueline est bien présent. Que cela soit de face ou de profil, comme sur cette œuvre d’avril 1959 faisant penser aux profils antiques visibles sur les pièces de monnaie, il est aisé de reconnaître le port de tête altier de sa belle muse, le visage mince, les yeux noirs en amande, le nez fin, la poitrine généreuse, jusqu’aux ongles ornés de vernis, devenant des points rouges sur le bout de ses doigts et de ses orteils. Sa chevelure noire et ondulante se fond parfois dans le camaïeu de couleur dominant choisi pour un tableau, devenant par exemple d’un vert olive et d’un vert forêt saisissants dans la fameuse Femme assise du 24 août 1971. Selon l’humeur, Jacqueline se dévoile aux yeux du spectateur tour à tour mystérieuse, pensive, voire rêveuse, parfois habitée d’un air mutin.

Le choix des œuvres, représentatif de l’art de l’ultime période, permet d’apprécier plusieurs techniques de création. La peinture à l’huile peut, selon l’humeur, recouvrir la toile de façon uniforme ou, au contraire, former des reliefs intéressants. A cet égard, Nu dans un fauteuil peint entre mai et juin 1964 révèle différentes applications de la couche picturale où le coup de pinceau, léché, souligne les couches incisives du couteau. L’accent est mis sur le fond et le visage particulièrement travaillé de Jacqueline, lui donnant une texture et une expression uniques ; la lumière accroche alors le visage par de doux reflets et avec des couleurs pourtant froides. La juxtaposition des couches alterne avec la vision de la toile blanche à la trame apparente, constituant le corps nu de sa muse.

Si, d’un côté, les tableaux de Pablo montrent une vision changeante de sa douce et tendre, qui devient un prétexte pour la création, Jacqueline n’est pas en reste. Elle sait user avec une grande dextérité de son appareil télémétrique, un Zeiss Ikon de modèle Super Ikonta. Dans cette salle, les photographies prises avec cet appareil font face aux huiles, comme une réponse à la forte production de son époux. Elles donnent alors l’occasion de voir le couple évoluer autour des œuvres de façon ludique, spontanée ou plus réfléchie avec un certain sens de la mise en scène, mais toujours dans une grande complicité évidente.

 

illustration : Femme assise ,  24  aout  1971 , huile sur toile 146 x 114 cm ( collection privée)

Cette présentation est un bel écho à l’exposition présentée jusqu’au 20 novembre 2016 à la fondation Pierre Gianadda de Martigny « Picasso, l’œuvre ultime. Hommage à Jacqueline ».